Vandenbussche-Cont, Marie (Université Paris 3, France)

Vandenbussche-Cont, Marie (Doctorante, Université Paris 3) : Pensée et praxis de l’« avec » dans le théâtre performatif de Nature Theater of Oklahoma : l’exemple de No Dice.

No Dice est un spectacle créé en 2007 par la compagnie new-yorkaise, Nature Theater of Oklahoma (compagnie co-dirigée par Pavol Liska et Kelly Copper) et présenté au Théâtre de Gennevilliers en 2010. C’est un spectacle au long cours, dont la partition verbale résulte du montage d’environ soixante-dix heures de conversations téléphoniques que les auteurs ont eues avec des proches. En mettant en scène des conversations réelles, les auteurs cherchent à exposer (à) l’« être-avec », comme pratique du dehors par laquelle l’existence se forme et fait sens. Ils tentent d’exposer cette pratique dans l’espace figural et d’exposer à elle dans l’espace concret du théâtre. Ils travaillent à une épiphanie de l’ « être-avec », doublée d’une ouverture de celui-ci aux acteurs et aux spectateurs en présence. Une telle épiphanie de l’« être-avec » est rendue possible par le déploiement d’un pur gestus, d’un gestus de la non-intentionnalité, qui libère les conversations et les fait entendre pour ce qu’elles sont en elles-mêmes : des essais d’exister, d’être (singulièrement) avec les autres. En plus d’exposer l’ « être-avec » dans l’espace figural, No Dice y expose concrètement acteurs et spectateurs, par le déploiement, cette fois, d’un « gestus général » – pour reprendre la désignation brechtienne d’un gestus visant à « montrer qu’on montre ». En effet, le spectacle se donne progressivement à voir comme une performance de l’ « être-avec », performance dont nous sommes. Il montre progressivement les acteurs comme des existants en train de s’adresser à nous, de convoquer notre existence. En exposant, intellectuellement et surtout concrètement, acteurs et spectateurs à la « transimmanence » de l’ « être-avec », le spectacle semble répondre, en acte, à l’exigence nancéenne de « faire monde ».

Doctorante à l’Université Paris 3, Marie Vandenbussche-Cont travaille, sous la direction de Joseph Danan, sur les approches théâtrales contemporaines du réel pluriel. Elle a été Ater à Montpellier 3 et Poitiers, et est actuellement chargée de cours à Paris 3 et Paris Ouest. Ses derniers travaux sont : « De la nécessité du théâtre dans Un Mage en été, « film » noir d’Olivier Cadiot et Ludovic Lagarde » (Théâtre/public, n°204) ; « Nouvelles technologies : la scène augmentée » (TDC, n°1053) ; « La combinatoire dans Bouge plus de Philippe Dorin : une “école du réel”» (Registres, n°16).


Articles sur le même sujet :
Ce contenu a été publié dans Abstracts, et marqué avec , , par Flore Garcin-Marrou.

Pour citer cet article : Flore Garcin-Marrou, "Vandenbussche-Cont, Marie (Université Paris 3, France)", Labo LAPS 2014. URL : http://tpp2014.com/vandenbussche-cont-marie-universite-paris-3-france/

A propos de l'auteur : Flore Garcin-Marrou

Flore Garcin-Marrou est docteur en littérature française (Université Paris 4 – Sorbonne). Elle a enseigné les Études théâtrales à la Faculté libre des Sciences humaines de Lille et à l’Université Toulouse Le Mirail. Sa thèse s’intitule "Gilles Deleuze, Félix Guattari : entre théâtre et philosophie". Elle est l’auteur d’articles sur le théâtre au carrefour des sciences humaines. Elle est également metteur en scène de sa compagnie "La Spirale ascensionnelle" et poursuit un travail d’expérimentation théâtrale au sein du Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène (LAPS).